Martine(t) News, le blog de SOS Martinets (Belgique)

12 novembre 2017

Rénovation: aménagement d'une vieille corniche à Jette

La société Falco aide les martinets, et vous?.... (copyright M. Wauters)

 

Comme je l'ai déjà évoqué plusieurs fois sur ce blog (voir notamment ici), la Commune de Jette, à Bruxelles, est une municipalité qui s'engage pour les martinets (et la biodiversité urbaine en général) à long terme.

En 2017, outre le projet de placement de nichoirs aux quatre coins de la commune et 2 corniches aménagées chez des particuliers (voir ici et ici), elle a fait preuve d'une belle réactivité dans le cadre d'un chantier de rénovation où rien n'était initialement prévu pour les martinets : ayant constaté que la toiture de l'école Tournesol (située à 2 pas de la place Cardinal Mercier et de la gare) était en réfection, j'ai proposé aux autorités communales (service des Bâtiments), en août, d'en profiter pour forer quelques trous dans la vieille corniche, ce qu'ils ont accepté immédiatement : 2 jours plus tard, avec la collaboration très réactive et pro de l'entreprise Falco, 6 trous répartis sur plusieurs côtés du bâtiment étaient forés.

Comme pour les projets précédents, une pancarte explicative sera bientôt placée à l'entrée de l'école pour que les parents et les passants soient sensibilisés à la cause d'une architecture et d'une rénovation accueillantes pour les martinets.

 

DSC00418  DSC00406

 

DSC00407

 

Posté par Martine W à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 octobre 2017

Des nichoirs "compensatoires"

PJ_Recadrée OK
Sur ce mur orienté Nord: 21 cavités pour martinets et 2 gîtes pour chauves-souris;
2 autres gîtes pour chauves-souris ont été implantés côté Sud (© Martine Wauters)


Un nouveau bâtiment de bureaux conforme aux normes bruxelloises du passif vient d'être achevé en Région bruxelloise.  Sa particularité? Comme la toiture verte initialement prévue pour favoriser, entre autres, la biodiversité n'a pas pu être réalisée suite à divers aléas, et comme le dossier bénéficiait d'un subside régional "bâtiment exemplaire", il a été décidé en cours de chantier d'y ajouter des gîtes pour martinets, mais aussi pour moineaux et pour chauves-souris, sur les conseils de l'administration bruxelloise de l'environnement, Bruxelles Environnement.

J'ai moi-même été consultée pour les nichoirs à martinets. Pour cette espèce, pas moins de 7 triples nichoirs Schwegler en béton végétal, soit 21 cavités potentielles, ont été obtenus. Le résultat est un compromis entre les contraintes et exigences du maître d'ouvrage, des architectes et autres professionnels du bâtiment impliqués dans ce dossier et des besoins des espèces concernées. Vu le stade d'avancement du chantier, les nichoirs à martinets ont été placés à l'extérieur, sur un mur ombragé (orienté vers le Nord). Faute de corniche, une petite toiture a été placée au-dessus de la rangée de nichoirs à martinets, pour les protéger tant des intempéries que des prédateurs (pies, corneilles) qui risqueraient de capturer des jeunes à l'entrée du nid en se posant au-dessus (ma demande initiale de pllutôt avoir un toit protecteur incliné, empêchant les prédateur de se poser, n'a malheureusement pas pu être réalisée, il faudra donc suivre l'évolution lorsque les nichoirs seront occupés).

DSC08230-recadrée
© Martine Wauters

Vu la présence de nombreux moineaux tout autour du nouveau bâtiment, cette espèce devrait rapidement coloniser une partie des nichoirs qui leur sont destinés... voire aussi les nichoirs à martinets, puisqu'ils prisent aussi ce modèle. Quant aux martinets, ils sont moins nombreux dans ce quartier d'immeubles modernes, mais les moineaux contribuent souvent à les attirer, puisqu'ils privilégient les mêmes types de sites de nidification et que les moineaux mâles marquent bruyamment leur territoire à proximité immédiate de leur nid (contrairement aux martinets nicheurs, qui sont très discrets, entrant silencieusement et à 60-70 km/h dans leur cavité).

Affaire à suivre donc!

Pour plus de détails techniques sur ce dossier, voir la fiche publiée à ce sujet par Bruxelles Environnement:

http://app.bruxellesenvironnement.be/batex_search/Docs/fs_230_FR.pdf

 

DSC08227
© Martine Wauters

 

 

Posté par Martine W à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 septembre 2017

5è conférence internationale sur les martinets (Tel Aviv, 2018)

New banner_cropped

Je viens de créer un blog (ainsi qu'un Evénement Facebook, via ma Page "Martinets Sans Frontières / Swifts Without Frontiers) pour le comité organisateur de la prochaine Conférence internationale sur les martinets, tous les détails pratiques sont (et seront) publiés (en anglais, langue de la conférence) sur le blog de la conférence. Ci-dessous, les liens utiles:

Blog de la conférence (en anglais)
Page "Martinets Sans Frontières / Swifts Without Frontiers

N'attendez plus pour vous inscrire, il est TRES important que les organisateurs sachent dès que possible qui vient, qui cela intéresse de figurer parmi les orateurs, de présenter un poster ou une oeuvre d'art,...

Pour rappel/info, les martinets seront déjà arrivés en Israël en mars, et une des activités au programme est la célèbre cérémonie annuelle de bienvenue aux martinets (et de paix) devant le Mur des Lamentations!

Wailing Wall

Pour vous mettre l'eau à la bouche, n'hésitez pas à (re)voir les vidéos sur cette cérémonie émouvante devant une colonie mythique:
www.youtube.com/watch?v=oIgTgwRYdTs
https://www.youtube.com/watch?v=Zl5NsZvWaLk

 

Pour les plus "mordus", un petit voyage de quelques jours à la découverte des milliers d'oiseaux migrateurs survolant Israël à cette époque est aussi proposé après la conférence, détails sur le blog de la conférence!

Si vous connaissez quelqu'un qui pourrait être intéressé, je vous invite à partager sans attendre cette invitation avec eux!

 

TEL AVIV 2018 - SWIFT YOU SOON

 

Posté par Martine W à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Isolation et martinets: un exemple à suivre!

DSC00656
Marco Teixeira, ouvrier très motivé de la société Bodima (© Martine Wauters)


Début juillet 2017, Bruxelles Environnement me contactait suite à l'alerte lancée par un riverain de la Maison du Néerlandais (Huis van het Nederlands Brussel), en plein centre de Bruxelles: des échafaudages avaient été installés autour du bâtiment, et ce particulier ami des martinets soupçonnait la présence de nicheurs dans le haut de la façade latérale. Une soirée d'observation en compagnie de ce riverain a certes permis de constater la présence d'une importante colonie de martinets dans le quartier, mais l'étroitesse de la rue empêchait de voir suffisamment pour déterminer s'il y avait péril en la demeure pour des nicheurs.

Le responsable du bâtiment a accepté très facilement que je monte en haut de l'échafaudage pour vérifier consciencieusement la présence ou non de couples nicheurs. Bien que cela n'ait pas été le cas, il a spontanément proposé de profiter de l'isolation de deux façades pour installer 5 nichoirs à martinets (modèle Schwegler 17) dans l'isolant. 

La mise en oeuvre de ce projet par la société Bodima, sous la supervision de Peter Pirard, responsable du bâtiment, a eu lieu en août et septembre 2017: tout d'abord les nichoirs ont été fixés contre le mur, dans l'isolant (3 sur une façade, 2 sur deux autres) et une poignée de matériaux (duvet et paille coupée court) a été placée dans chaque nichoir pour accélérer leur adoption par les martinets lors des saisons de nidification à venir:

Encours_OK  DSC00661
© Martine Wauters                                                
© Martine Wauters

Les deux façades ont ensuite été recouvertes d'un enduit, qui contribuera non seulement à protéger et renforcer l'isolant, mais aussi à protéger et isoler les nichoirs, et le contour du couvercle du nichoir a été isolé, pour éviter tout infiltration dans l'enduit et dans l'isolation.

DSC00655  DSC00658
© Martine Wauters                                                
© Martine Wauters

 

Voici le résultat vu de loin: discret et esthétique, n'est-ce pas?

DSC00790© Martine Wauters

DSC00782© Martine Wauters

DSC00202
Peter Pirard, responsable du bâtiment (© Martine Wauters)

 

Merci à Peter Pirard, responsable du bâtiment, pour son soutien et son professionnalisme tout au long de ce dossier!
Merci aussi à Gert Belmans, de la société Bodima, et à son équipe de nous avoir permis de mener ce projet à bien!

 

Plusieurs projets similaires verront bientôt le jour à Bruxelles, affaire à suivre donc!

 

 

 

Posté par Martine W à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 août 2017

Toverfluit: suivi d'une colonie impressionnante

DSC08667  GT_recensement
Le GT Martinets de Natagora en plein recensement (2017 et 2016). Mot d'ordre: sérieux... mais bonne humeur!

 

(Article mis à jour le 6/09/17)

 

Introduction : le Campus « Toverfluit »

Le campus « Toverfluit » est un ensemble de bâtiments scolaires situé rue de la Flûte enchantée (Molenbeek-Saint-Jean, Région de Bruxelles-Capitale), en bordure du site classé du Scheutbos.

Le Scheutbos, ce sont 50 hectares de biotopes variés, gérés écologiquement par l’asbl des Amis du Scheutbos, en collaboration avec l'administration communale de Molenbeek-Saint-Jean et l'administration régionale Bruxelles Environnement (pour la prairie jouxtant le campus, où paissent des vaches Galloway appartenant à l’asbl Natuurpunt). Le voisinage immédiat de ce site écologique, à côté du campus, favorise la présence abondante des insectes volants qui constituent la nourriture exclusive des Martinets noirs.

 

Découverte d’une colonie

Dans le quartier voisin du Scheutbos, le bâti est surtout composé de tours d’immeubles modernes, peu favorables à la nidification de cette espèce. Pourtant, une importante colonie de Martinets noirs (Apus apus) s’est développée dans les trous d’aération de l’école. Leur présence a été découverte en 2011, dans le cadre de suivis ornithologiques sur le site du Scheutbos et dans ses abords. A l’époque, des Moineaux domestiques (Passer domesticus) y nichaient aussi, et ce sont sans doute ces oiseaux qui ont permis aux martinets de découvrir la présence de cavités de nidification potentielle. Quant aux moineaux, ils ont fini par disparaître du site, peut-être face à la concurrence des martinets (de telles interactions régulières entre ces deux espèces ont pu en effet être constatées non seulement par des observations personnelles, notamment dans plusieurs quartiers de la Région de Bruxelles-Capitale, mais également par de nombreux autres personnes qui étudient les martinets; elles sont aussi documentées par le Suisse Bernard Genton*), peut-être aussi après que l’athénée a renoncé au poulailler où ces oiseaux principalement granivores s’alimentaient. A ce jour, les dimensions intérieures des cavités restent inconnues.

Une autre espèce cavernicole, la Perruche à collier (Psittacula krameri), qui niche et se nourrit dans les arbres du Scheutbos, a également découvert ces cavités : plusieurs individus ont été observés les 4 et 8 août 2014, alors qu’ils s’accrochaient longuement au niveau des trous de ventilations, regardaient à l’intérieur,... Mais les orifices sont trop petits pour cet oiseau, et les perruches ne menacent donc pas la colonie de martinets.

En 2013, la direction de l’athénée a été informée de la présence de cette colonie importante dans les trous de ventilation de ses bâtiments. En hiver 2014-2015, M. Demeyer, professeur de biologie de l’athénée, a pris l’initiative de libérer l’accès à la quasi-totalité des trous d’aération de l’athénée qui étaient bouchés (une trentaine au total). Depuis, les martinets disposent potentiellement de 251 cavités (198 pour l'athénée, 56 pour l'école maternelle & primaire!)

 

Diapositive1

Situation avant l’intervention de M. Demeyer. Une partie des orifices de la façade Bb
  et du bâtiment D (école primaire & maternelle) sont encore obturés.

 

 La photo ci-dessous explicite la dénomination des différentes façades dans la suite de cet article :

13507274_267314673627127_46891295522696098_n
A-B-C: athénée - D: école maternelle & primaire.

 

Recensements

Le premier inventaire « exhaustif » de la colonie de Martinets noirs occupant le campus « Toverfluit » a eu lieu en 2016, suite au lancement de l’opération "Martinets BXL 2016-2018" par le Département Etudes de Natagora-Aves (recensement des martinets bruxellois par une cinquantaine de bénévoles, sur plusieurs années), opération qui a favorisé l’émergence d’un véritable groupe de travail « martinets ». Ce recensement s’est déroulé le 15 juillet 2016, avec une équipe d'une dizaine de bénévoles.

 

Pour faciliter le suivi, chaque trou d’aération a été numéroté, des numéros étant collés sur toutes les fenêtres situées juste en-dessous des trous :

DSC00422
© Martine Wauters

 

 

Le recensement 2016 a permis de repérer 26 cavités occupées par des couples nicheurs :

Diapositive1

Comme la date du 15 juillet s’était avérée trop tardive (certains trous occupés lors de visites préparatoires ne l’étant plus le « jour J »), il avait été décidé d’organiser les recensements suivants plus tôt dans la saison.

 

En 2017, le deuxième recensement exhaustif s’est donc déroulé en plusieurs temps :

- quelques observations ponctuelles en mai et juin, enregistrées lors de visites préparatoires (non dévolues au recensement).

- un recensement d’une journée, le 27/06/17, avec une dizaine bénévoles du GT Martinets et un représentant des Amis du Scheutbos.

-  plusieurs visites supplémentaires par petites équipes (GT Martinets & Natuurpunt Brussel), début juillet. Ces visites se justifiaient par le nombre insuffisant de bénévoles pour assurer un recensement exhaustif de toutes les façades le 27/06.

Quelque 19 bénévoles se sont investis avec sérieux et enthousiasme dans cette belle opération, merci à eux!
Merci aussi à l'équipe du Campus Toverfluit pour son accueil!

 

Analyse :

Au total, 199 des 251 cavités disponibles ont été recensées en 2017 (la façade Aa, a priori peu favorable à la nidification du martinet - vu la proximité immédiate d’une rangée d’arbres -, n’a pas pu être couverte cette année, mais au moins un couple y avait été recensé en 2016, vers l’extrémité droite de la façade. Affaire à suivre en 2018, donc !).

Sur ces 199 cavités recensées cette année, 57 ont été recensées comme occupées par des couples nicheurs, soit 114 reproducteurs (116 si l’on suppose que le trou de la façade Aa était toujours occupé). A cela s’ajoutent les effleureurs (de 10 à 30 selon les heures) effectuant des rondes sonores régulières autour de la colonie, certains allant jusqu’à frôler une partie des orifices d’accès voire à brièvement s’y accrocher ou y entrer partiellement (80 trous visités, dont 42 déjà occupés par des nicheurs et 38 inoccupés… dont un trou au-dessus d’une descente de gouttière). Si l’on tient compte de la moyenne (suisse) de 2,57 œufs par couple, « produisant » une moyenne de 2,2 jeunes à l’envol (Source: Bernard Genton), il y aurait eu environ 260 martinets sur le site cette année, toutes générations confondues !

On peut certes se demander si certains trous où des individus ont été observés entrant et restant dans de « nouvelles » cavités début juillet étaient des nicheurs ou si certaines de ces nouvelles observations s’expliquaient par la présence de prénicheurs ayant « jeté leur dévolu » sur certaines nouvelles cavités.

Quoi qu'il en soit, il est envisagé d’organiser le recensement collectif principal de 2018 avec des effectifs plus nombreux (idéalement en partenariat entre le GT Martinets et de nouveaux partenaires), afin de couvrir simultanément, en une journée, l’ensemble des façades. Des visites ponctuelles supplémentaires resteront utiles. Si vous voulez vous joindre à nous, n'hésitez pas à nous contacter (martinets@natagora.be)!

Ci-dessous, les résultats détaillés façade par façade:

Diapositive2

Diapositive1

Diapositive2

 


Quelques éléments d'analyse :
(Rapport détaillé sur demande à l'adresse précitée)

Le taux d’occupation (et de fréquentation) particulièrement élevé de la façade Ca, malgré son orientation a priori moins favorable (en plein soleil), peut s’expliquer par la présence probablement antérieure de Moineaux domestiques de ce côté. De plus, les cavités de nidification sont probablement suffisamment à l’intérieur de la façade pour ne pas trop subir la surchauffe que l’on pourrait enregistrer dans de simples nichoirs apposés à une façade orientée Sud-Ouest.

Pour les façades Ab et Cb, on peut relever que les martinets colonisent en priorité, entre autres, les coins des façades, comme cela est souvent observé, mais on peut aussi constater que ce n'est pas le cas pour toutes les façades du campus. Les descentes de gouttières ont aussi été indiquées sur le schéma, comme les martinets ont tendance à y rechercher des cavités. Lors du recensement principal du 27 juin 2017, une bénévole a d'ailleurs observé un effleureur explorant un trou situé au-dessus d'une descente de gouttière (façade Ca), et non un des nombreux trous d'aération.

Façade_Da
La façade Da

Quant à la façade Da (cour de récréation de l'école maternelle & primaire), 4 cavités y sont occupées par des nicheurs (au-dessus du préau), dont 2 ont aussi attiré l’attention d’effleureurs. Un autre cavité inoccupée, située plus loin sur la façade, a aussi été visitée. Et ce, malgré sa position plus basse (un étage de moins que les bâtiments de l’athénée), de surcroît au-dessus de la toiture relativement proche du préau, et bien qu’elle soit en plein soleil et qu'elle donne sur une cour souvent très bruyante et animée.

Souvent, les personnes qui me consultent s'inquiètent de poser des nichoirs ou de réaliser des aménagements pour martinets côté rue, craignant que le bruit de la circulation ne décourage ces oiseaux de venir s'y installer. Ceci confirme ce que je leur réponds toujours : que le bruit et l’agitation ne perturbent vraiment pas les martinets !

 

Ethologie du Martinet noir

Comme le montrent les images qui suivent, le recensement d’une telle colonie permet d’observer toute une série de comportements passionnants et fascinants du Martinet noir. Merci à Benoît Huc et Erik Etienne pour ce reportage instructif!

 

Les trois premières photos, prises en rafale, montrent le plongeon qu’effectuent les martinets adultes lorsqu’ils sortent de leur cavité de nidification :

 

Swift_BenoitHuc1

Swift_BenoitHuc2

Swift_BenoitHuc3

 

Les photos suivantes illustrent le comportement typique des effleureurs, martinets de 2ème et 3ème années-calendrier en quête de cavités potentielles :

Grappe_EE
Groupe d’effleureurs en pleine action (© Erik Etienne).

 

Eventail_EE

Effleureur en pleine opération de retournement après une marche arrière à la sortie d’une cavité.
(© Erik Etienne)

 

Demitour_EE
Effleureur (© Erik Etienne : « marche arrière et hop retournement, glissade et envol »).

 

Accrochage_EE
Groupe d’effleureurs, dont un s’accrochant au mur sous une cavité (© Erik Etienne).

 

Look_EE
Groupe d’effleureurs, dont un s’accrochant au mur sous une cavité (© Erik Etienne).

 

Bangertroisquarts_EE
Effleureur inspectant l’intérieur d’une cavité (© Erik Etienne).

 

Vous voulez profiter de ce spectacle? Nous organisons régulièrement des soirées "Martinets & Crème glacée" en partenariat avec les Amis du Scheutbos, rendez-vous en été 2018, tenez donc à l'oeil les agendas de cette asbl locale ou celui de Natagora!

 

 * GENTON, B. (2009): Relations interspécifiques du Martinet noir Apus apus avec le Moineau domestique Passer domesticus - Exemple dʼaménagements novateurs en faveur du Martinet noir. Nos Oiseaux 56: 67-86.

 

 

 

 

 


21 août 2017

Corniche à martinets: nouvelle réalisation à Jette

DSC00196

A l'été 2017, Georges Papageorgiou, habitant de la Commune de Jette (Bruxelles), posait sa candidature pour recevoir un nichoir à martinets dans le cadre de l'opération décrite ici.

J'étais chargée de remettre un avis sur la faisabilité de toutes les candidatures envoyées à l'administration et, comme sa corniche était en très mauvais état, j'ai déconseillé le placement d'un nichoir juste en-dessous, puisque la corniche allait sans doute être bientôt remplacée; j'ai plutôt suggéré au propriétaire, puisqu'il s'intéressait aux martinets, d'en profiter pour aménager une corniche "hôtel à martinets", ce qu'il a accepté avec enthousiasme.

Durant l'hiver, nous nous sommes donc réunis pour préparer le projet. Cet été, après de nouveaux préparatifs concertés, la nouvelle corniche a été réalisée, début août. Et on peut vraiment parler d'hôtel 5 étoiles, puisque Georges Papageorgiou, bricoleur passionné, a tenu à offrir aux martinets 10 "logettes privées", chacune "équipée" d'une amorce de nid qui permettra aux futurs occupants d'éventuellement nicher dès la première année qu'ils trouveront ce site.

De plus, suivant mes conseils, le lierre a été élagué pour ne pas venir trop près de la corniches, afin de ne pas faciliter la tâche de prédateurs éventuels.

Voici encore une bien belle réalisation, le fruit d'un beau travail d'équipe, souhaitons aux propriétaires que des martinets s'y installent bientôt et que leur travail incitera de nombreuses autres personnes ou entreprises à cet exemple !

 

Georges Papageorgiou étant un perfectionniste, nous nous sommes réunis plusieurs fois pour préparer les travaux:

DSC09478  DSC09509

Photo de gauche: le livre ci-dessus est l'ouvrage de Marjos Mourmans décrit dans la rubrique "liens utiles" de ce blog. Les photos en haut à droite ont été prises lors de la construction de la "corniche à martinets" de l'avenue Woeste, également décrite dans ce blog (voir rubrique "corniches"). Photo de droite: G. Papageorgiou en pleine séance de mesures de sa future corniche "5 étoiles (© Martine Wauters).

 

 

DSC09466  DSC09467

La corniche avant les travaux... et "système D" pour évaluer ses dimensions faute d'échafaudage à ce stade.
Les mesures de la nouvelle corniche ont été adaptées aux besoins des martinets.
(© Martine Wauters)

 

Pour faire les orifices des nichoirs/corniches à martinets, il faut être équipé d'une "scie-cloche": si vous optez pour le trou rond (le plus facile), il vous faut un diamètre de 5 cm:

DSC09489 DSC09482
© Martine Wauters

Si vous voulez faire un trou ovale comme ceux de la corniche décrite ici, il vous faut utiliser une cloche de plus petit diamètre (celle utilisé ici est de 32 cm), forer deux trous côte à côte, et ensuite utiliser une scie sauteuse pour relier les deux trous :

DSC09490 DSC09498

 

© Martine Wauters

 

Cette planche "d'exercice" montre le processus (rassurez-vous: le bois de la corniche est de meilleure qualité!), il est impératif de peaufiner le travail avec une lime, pour éviter que les oiseaux ne se blessent à d'éventuelles échardes:

DSC09496  DSC09493

© Martine Wauters

 

 

 Et voici la réalisation des ébauches de nids collées au fond de chaque "logette" (rassurez-vous: la colle utilisée est non toxique):

IMG_20170724_105751  IMG_20170724_125931  IMG_20170724_150553
© Georges Papageorgiou

IMG_20170724_152540 IMG_20170724_155147
Montage de la nouvelle corniche (© Georges Papageorgiou).

DSC00398

Deux des 10 entrées vers les "chambres de luxe".
(© Martine Wauters)

 

Il ne restait alors plus qu'à élaguer le lierre pour protéger les futurs occupants d'éventuels prédateurs:

DSC00095

 

...et voici le résultat final:

DSC00196

 

Cette vidéo vous permet de mieux voir le résultat:
https://www.youtube.com/watch?v=U2grJC9JgLY

 

039 - papa

Georges Papageorgiou, un bricoleur perfectionniste et passionné!
Suivez son exemple!

 

 

Posté par Martine W à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 août 2017

Martinets Sans Frontières prend un nouvel envol!

20604151_1412222558855808_1985758763631482950_n
© Jane Goodall Institute

Cet été, grâce au soutien actif et enthousiaste du Dr. Jane Goodall, le projet "Martinets Sans Frontières" a pris un nouvel envol!
J'ai en effet eu l'honneur et le privilège d'aller le présenter, le 31 juillet, à une vingtaine de "jeunes leaders" Roots&Shoots du monde entier, ainsi qu'à plusieurs responsables du Jane Goodall Institute, dont le Dr. Jane Goodall elle-même, au Château de Windsor (St George’s House).

Chaque été depuis 2014, des jeunes particulièrement dynamiques et prometteurs du réseau mondial "Roots&Shoots" (R&S) sont en effet invités à passer là une semaine ensemble, en compagnie de Jane Goodall et de plusieurs responsables de l'association. Pendant leur séjour, ils ont l'occasion d'être formés à divers outils et méthodologies R&S, d'échanger leurs propres expériences de terrain, d'entendre des expériences inspirantes, mais aussi de débattre sur de nombreux sujets liés à l'environnement, ainsi que sur des enjeux sociaux et problématiques comme l'intolérance et le racisme. Ceci les motive et les outille pour encore mieux agir en faveur de notre avenir à tous.

Cette année, les participants (jeunes leaders et responsables) venaient d'Afrique (Tanzanie, Congo RDC), du Moyen Orient (Abu Dhabi), d'Europe (Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Autriche Grèce), d'Asie (Chine - Pékin et Shanghai, Taiwan, Hong Kong, Corée du Sud), d'Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande) et d'Amérique (Canada, Etats-Unis, Porto Rico, Guatemala, Argentine, Chili).

20476231_496257744046407_7916740939836703221_n DSC09921

Me voici entourée de jeunes hyper-motivés venus des 4 coins du monde. (© Jane Goodall Institute)
Ma "mascotte" était évidemment de la partie! (© Martine Wauters)


Ma présentation visait à les inspirer en leur montrant comment la combinaison d'actions locales et globales pouvait produire des résultats concrets. J'ai aussi cherché à les convaincre de tout le potentiel de "Martinets Sans Frontières" pour couvrir les trois axes Animaux-Personnes-Environnement (APE) autour desquels agissent les groupes R&S du monde entier, et pour tisser des liens entre les groupes de différents pays. Pour les aider, je leur ai proposé divers outils, présenté plusieurs petits et grands projets déjà mis en place dans plusieurs pays, mais aussi des personnes ressources locales: des "amis des martinets" de nombreux pays, qui m'ont manifesté leur volonté de partager leurs connaissances et de collaborer avec le réseau R&S.

 

20621761_496654214006760_1881860416491805271_n 20525420_496654217340093_3538469640878292786_n

© Jane Goodall Institute

 

Après ma présentation, chacun a eu l'occasion de se fabriquer son propre "martinet ambassadeur", afin de pouvoir le ramener dans son pays et diffuser "la bonne parole" sur la protection de cet oiseau fabuleux mais menacé :

20545455_478212992537293_7017515439269140438_o Peiwen_pt

DSC09968 DSC09976 DSC09977 DSC09978

DSC09981 DSC09982 DSC09965 DSC09966

Pays-Bas, Chine (Pékin), Grèce, Tanzanie, Hong Kong, Guatémala, Congo RDC, Chili, Australie, Corée du Sud: la "mascotte" est désormais présente dans tous ces pays (sans compter d'autres pays où je l'ai déjà fait "migrer" jusqu'ici), j'espère qu'elle se "reproduira" ensuite dans de nombreux groupes locaux!
(© Martine Wauters)

 

 

Durant les jours qui ont suivi, j'ai pu me réunir avec les plus motivés, en vue de poser les bases d'une collaboration future, de projets locaux et/ou d'échanges entre pays :

DSC00007 DSC00014
© Martine Wauters


Depuis, j'ai eu de nombreux échanges enthousiastes avec des participants de plusieurs pays.
Et... l'un d'eux est déjà passé à l'action, puisque Yussuph Emmanuel, "jeune leader" de Roots&Shoots Tanzanie, a déjà assuré des animations dans plusieurs écoles de sa région!
(Reportage photo: © Roots&Shoots Tanzanie)

 

Swift Ambassador_Smile

Tanzanie_Out4

Yussuph en pleine action...

 

Parmi les outils utilisés, la "mascotte", livre pour enfants "Screamer the Swift" (cf rubrique "liens utiles" de ce blog) et la brochure "Je suis un martinet, je suis en danger" de l'association britannique Action for Swifts (disponible en plusieurs langues, détails ici):

20819775_1421004067987656_5004712348712905943_o

Tanzanie_Out10

 

D'autres projets sont en préparation dans d'autres pays, je ne manquerai pas de vous tenir au courant!

Pour ceux qui ne les auraient pas encore lus, je vous invite à découvrir 2 autres publications de ce blog liées à ce projet:

- Message vidéo du Dr. Jane Goodall
- L'école Caputsteen de Malines, locomotive du projet

 

 

 

 

 

Posté par Martine W à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2017

Travaux et martinets : mesures compensatoires

DSC09253  Diapositive1

(Article complété le 7/8/17)

 

Cette saison 2017 a été marquée par diverses demandes venant de différents coins de Belgique, concernant des travaux de rénovation ou de construction.

Parfois, dans le meilleur des cas, il s'agissait de demandes préventives de particuliers, de bureaux d'architectes ou d'autorités locales ou régionales, grâce aux dernières années de communication/lobbying, pour des projets à plus ou moins long terme.
Pour des réalisations achevées de ce type, voir par exemple la rénovation d'une tour d'école dont la programmation bien anticipée à permis d'intégrer des nichoirs dans la façade, dont je parle ici: Ecole Jacques Brel.

Dans d'autres cas en revanche, il s'agissait (de demandes) d'interventions d'urgence parce que des travaux étaient menés en pleine saison de reproduction: des riverains avaient constaté le montage d'échafaudages sur un bâtiment où ils savaient que des martinets nichaient, ou ils avaient trouvé un martinet trop jeune pour voler sur le sol ou sur leur balcon, à côté d'un chantier en cours. La plupart du temps, il a été possible de négocier avec les propriétaires, architectes et entrepreneurs pour qu'ils adaptent leurs projets, comme ici à Ixelles, où l'architecte du bureau Map Architecture sprl a accepté de collaborer en veillant à ce que l'entrepreneur crée un trou aux dimensions ad hoc (5 cm de diamètre) dans la nouvelle corniche, afin de permettre au couple de martinets qui y nichaient d'y revenir la saison prochaine (le trou a en outre été percé le plus près possible de l'ancien orifice, pour que les "occupants historiques" le trouvent plus facilement et rapidement à leur retour d'Afrique) :

Corniche SOS
© Martine Wauters

 

Dans un autre cas, à Jette, le propriétaire du bâtiment et le toiturier ont accepté de modifier les dimensions initialement prévues de la corniche, d'y forer un trou compensant la fente qui servait d'orifice d'accès à un couple de martinets nicheurs et même de placer dans la nouvelle corniche le nid que nous avions pu récupérer, pour permettre au couple d'y pondre dès son retour d'Afrique, au lieu de perdre de précieuses journées voire semaines à reconstruire un nouveau nid avec les rares matériaux trouvés dans le ciel:

DSC07860    DSC09431
© Martine Wauters                                                                © Martine Wauters

Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters))
© Martine Wauters

 

Mais combien de nichées ont-elles été détruites sans que personne s'en aperçoive ? Combien de cavités de nidification ont-elles disparu "ni vu, ni connu"?

Je reviendrai prochainement sur d'autres mesures compensatoires qui ont pu être obtenues, mais j'en profite pour inviter tous les lecteurs de ce blog à diffuser massivement cette information autour d'eux, que ce soit auprès de particuliers, de professionnels de la construction ou d'autorités locales ou autre, pour que les travaux soient mieux programmés, dans le respect de la biodiversité.

S'il n'est pas toujours possible, dans nos contrées à la météo souvent incertaine, d'éviter tous travaux de toiture/corniche/isolation pendant la saison de nidification des martinets et autres oiseaux nichant dans les bâtiments, il est néanmoins possible non seulement de prévoir des mesures "compensatoires" pour l'avenir, comme le cas évoqué ci-dessus, mais aussi de prendre des mesures qui permettent d'éviter des drames pendant les travaux. Je vous renvoie vers d'excellents articles et autres publications à ce sujet:

http://www.vogelwarte.ch/fr/oiseaux/conseils/constructions-et-oiseaux/construire-pour-martinets

http://www.artenfoerderung-voegel.ch/assets/files/merkblaetter/Scholl_brochure_martinets_2016.pdf (p. 24-28)

Et celui-ci, en anglais:
http://www.appliedecology.co.uk/ecological-mitigation-saving-the-fulbourn-swifts/

 N'oubliez pas non plus de visiter les sites renseignés dans la rubrique "liens utiles"!

Bien que la plupart des martinets soient repartis vers l'Afrique, certaines nichées tardives sont encore en cours, parfois jusque début septembre. Beaucoup de chantiers sont à l'arrêt pour quelques semaines ("congés du bâtiments"), mais restez néanmoins vigilents et communiquez... le plus possible de manière positive et constructive! Et continuez à le faire en prévision des prochaines saisons!

 

16 juillet 2017

Le moulin de Standdaarbuiten : un exemple à suivre!

Le moulin de Standdaarbuiten (Pays-Bas) (© Martine Wauters)

Le moulin de Standdaarbuiten (Pays-Bas) 


J'ai récemment eu l'occasion de visiter une initiative inspirante aux Pays-Bas, non loin de la frontière belge. J'espère que cet article servira d'exemple pour la rénovation d'autres bâtiments... et pourquoi pas pour la construction de tours "multifonctions", servant à la fois à accueillir des martinets au sommet et d'autres activités aux étages inférieurs? J'ai trouvé l'idée brillante, en tout cas! (Reportage photo : © Martine Wauters)

Un peu d'histoire...

Le moulin de Standdaarbuiten (village remontant à 1530, situé entre Rosendael, Breda et le parc naturel du Biesbosch, aux Pays-Bas) a été bâti au XVIIIè siècle.

En 1921, le fonctionnement éolien du moulin a été abandonné et le broyage local des céréales est devenu entièrement mécanique.

A la fin de la seconde guerre mondiale, en 1944, les Alliés l'ont bombardé, parce que les envahisseurs nazis l'utilisaient comme poste d'observation.

En 1952, une famille d'agriculteurs, les Koenraad, a acquis le bâtiment, qui est alors devenu un espace de stockage de pommes de terre.

En 1996, le toit de la maison d'en face a été rénové, et les propriétaires en ont profité pour installer 35 tuiles pour martinets et 9 nichoirs sous la corniche, comme le montre cette oeuvre de l'artiste Frieda Arnold:

© Peinture de Frieda Arnold
© Frieda Arnold


En 1999, Anton et Mirjam Koenraad ont constaté l'installation de Martinets noirs dans le haut du moulin.

En 2008, ils ont créé une fondation (Stichting Behoud Molen Standdaarbuiten) et lancé un appel aux volontaires, afin de les aider à rénover le bâtiment dans le respect des martinets et même pour favoriser le développement de la colonie, avec l'appui de quelques professionnels, et un soutien du fonds provincial pour la conservation des moulins (Provincie Noord-Brabant fonds instandhouding molenrompen) et de la "Leader Gebiedscommissie Wijde Biesbosch en Brabantse Delta".

De 2009 à 2011, profitant de la rénovation, ils ont transformé la tour en centre modèle pour les martinets, suivant les conseils techniques de Marjos Mourmans, spécialiste locale des martinets: au 2è étage, ils ont intégré 18 nichoirs à l'intérieur du bâtiment, reliés à des caméras.

Voici tous ces aménagements ingénieux en images:

 

DSC08539
Anton pose fièrement devant une partie des nichoirs 

 

Des webcams permettent de suivre les nichées sans déranger les martinets:

Les camérasdes nichoirs à martinets de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)


A l'extérieur, ils ont trouvé une solution discrète, peu coûteuse et simple à installer pour aménager le trou d'accès en l'intégrant à la façade:

Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters) Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

DSC08603

 

Au 1er étage: une salle d'information sur le martinet, où se déroulent aussi des animations culturelles:

 Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters) Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)  Brique d'accès à un nichoir intégré (Standdaarbuiten -© Martine Wauters) Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)


Au rez-de-chaussée, une petite cafeteria, qui peut aussi servir à des activités culturelles.

Cerise sur le gâteau: une girouette de circonstance orne le sommet du toit !

Girouette du moulin de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 

Comme toujours, la communication est importante, et ils l'ont bien compris: sur le mur du bâtiment, des panneaux informent les passants sur l'histoire du moulin... et la protection des martinets:

Panneau d'information au moulin de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 

Les médias ont bien diffusé l'information sur cette initiative fantastique, même Wikipedia (version néerlandaise) et le site de la municipalité de Moerdijk en parlent!
https://nl.wikipedia.org/wiki/Molen_van_Standdaarbuiten
https://www.moerdijk.nl/web/Standdaarbuiten/Standdaarbuiten.html

 

Adresse:

Molenstraat 10
Standdaarbuiten
Pays-Bas

DSC08605



Contact pour demander une visite
:

koenr094@planet.nl

Mirjam Koenrad à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)
Lors de votre visite (sur rendez-vous), Mirjam vous fera une petite présentation sur ce projet remarquable.


Un mot sur les tours à martinets:

Un peu partout en Europe, des "tours à martinets" sont construites à grands frais. Parfois en même temps comme oeuvres d'art, comme celle que j'ai eu l'occasion de visiter à Cambridge:

La tour à martinets de Cambridge  La tour à martinets de Cambridge (© Martine Wauters)


Voir d'autres exemples ici:
http://www.saveourswifts.co.uk/towers.htm
http://www.swift-conservation.org/swift_towers_poles.htm
http://actionforswifts.blogspot.be/search/label/towers


Mais à quel coût et pour combien de temps? Les poteaux qui les soutiennent ne sont-ils pas vulnérables au vandalisme? Ces constructions ne risquent-elles pas d'être retirées tôt ou tard lorsqu'elles "ne plaisent plus"? Or, pour rappel, les martinets sont fidèles à vie à leur cavité et parcourent chaque année des milliers de kilomètres pour la retrouver!

Personnellement, je rêve que des futures "tours à martinets" s'inspirent plutôt du moulin de Standdaarbuiten...

A Bruxelles, en 2015, une tour d'une école communale de Jette avait été rénovée en intégrant 8 nichoirs à martinets, à l'initiative de l'administration communale, qui m'avait consultée pour la mise en oeuvre technique. J'avais présenté ce projet à l'époque sur ce blog :
http://martinew.canalblog.com/archives/2015/08/21/32514275.html


En Italie, dans la région de Modène, des "tours à martinets" avaient auparavant été construites... pour manger une partie des jeunes! Aujourd'hui, cette pratique a heureusement disparu, mais des amis des martinets comme Mauro Ferri se battent pour la préservation de ce patrimoine... et pour que les martinets puissent continuer à y prospérer en tout quiétude. (J'y reviendrai dans un prochain article.)

 

 

 

09 juin 2017

Webcam: suivez une nichée bruxelloise!

1_6_2017 Other swift returns
© Mark Pearse

 

Cette année, Mark Pearse et sa partenaire Elizabeth Thornburn, un couple d'origine britannique vivant depuis des années à Bruxelles, et membres très actifs du groupe "Martinets" d'Aves-Natagora, ont décidé de partager avec tous les images de la webcam qu'ils ont installée dans leur nichoir à Martinets noirs occupé depuis plusieurs années.

Vous trouverez, ci-dessous, le calendrier, des photos et vidéos de ce début de saison, mais venez revoir cet article dans les prochaines semaines: Mark travaille toujours à la mise au point d'une version internet accessible au plus grand nombre mais vous pouvez déjà admirer le spectacle en suivant sa chaîne Youtube ou en consultant de temps en temps cet article, que je mettrai à jour régulièrement avec des captures d'écran et vidéos de Mark illustrant des moments-clés de cette nidification 2017.

Pour info, ces deux passionnés de nature ont aménagé leurs trous de boulin en plaçant sur leur façade, devant l'entrée, des plaquettes avec un accès similaire à un nichoir, et ils ont installé de l'autre côté des nichoirs avec caméras. Les trous de boulin en eux-mêmes servent donc de tunnel d'accès. Et le nichoir est... la table de nuit d'Elizabeth!

Entre-temps, il m'ont aussi autorisée à transmettre les accès (temporaires) pour suivre en direct (live) la suite des événements via le lien suivant:

http://ruysbroecktower.viewcam.me:8000
> View Live Images
> Username: Apus
> Password: Apus

Calendrier illustré de la nidification 2017:
(Captures d’écran publiées dans cet article: © Mark Pearse)

16/05
: ponte du 1er oeuf.
18/05: ponte du 2è oeuf.
20/05: ponte du 3è oeuf.

1/06/17: il y a désormais 3 oeufs dans le nid:

01-06-2017 11-30-34 M Nest 1 - 3 eggs

1/06/17: un des adultes couve les 3 oeufs:

01_06_2017 1656 Swift on nest

1/06/17: le 2è adulte le rejoint:

1_6_2017 Other swift returns

 


5/06: éclosion du 1er oeuf, voici un lien vers une vidéo illustrant un nourrissage du poussin: ici.
6/06: éclosion du 2è oeuf, voici une autre petite vidéo ici.
7/06: éclosion du 3è oeuf.
 

5/06/17: le 1er oeuf vient d'éclore!

5_6_2017 - just hatched

8/05/17: nourrissage des 3 jeunes:

08-06-2017 10-05-22 M Nest 1 - change and feed

 

8/05/17: pendant qu'un adulte nourrit les poussins, l'autre se dirige vers la sortie pour aller chasser à son tour:

8_6_2017 1005 - feeding

 

8/06/07: les 3 jeunes sont désormais nés, voici une vidéo de leur nourrissage ici.

 

Affaire à suivre!
(A l'heure d'écrire ces lignes, on commence de plus en plus à voir les jeunes, et ils grandissent bien tous les trois!)

 

 

 

 

Posté par Martine W à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]