Le moulin de Standdaarbuiten (Pays-Bas) (© Martine Wauters)

Le moulin de Standdaarbuiten (Pays-Bas) 


J'ai récemment eu l'occasion de visiter une initiative inspirante aux Pays-Bas, non loin de la frontière belge. J'espère que cet article servira d'exemple pour la rénovation d'autres bâtiments... et pourquoi pas pour la construction de tours "multifonctions", servant à la fois à accueillir des martinets au sommet et d'autres activités aux étages inférieurs? J'ai trouvé l'idée brillante, en tout cas! (Reportage photo : © Martine Wauters)

Un peu d'histoire...

Le moulin de Standdaarbuiten (village remontant à 1530, situé entre Rosendael, Breda et le parc naturel du Biesbosch, aux Pays-Bas) a été bâti au XVIIIè siècle.

En 1921, le fonctionnement éolien du moulin a été abandonné et le broyage local des céréales est devenu entièrement mécanique.

A la fin de la seconde guerre mondiale, en 1944, les Alliés l'ont bombardé, parce que les envahisseurs nazis l'utilisaient comme poste d'observation.

En 1952, une famille d'agriculteurs, les Koenraad, a acquis le bâtiment, qui est alors devenu un espace de stockage de pommes de terre.

En 1996, le toit de la maison d'en face a été rénové, et les propriétaires en ont profité pour installer 35 tuiles pour martinets et 9 nichoirs sous la corniche, comme le montre cette oeuvre de l'artiste Frieda Arnold:

© Peinture de Frieda Arnold
© Frieda Arnold


En 1999, Anton et Mirjam Koenraad ont constaté l'installation de Martinets noirs dans le haut du moulin.

En 2008, ils ont créé une fondation (Stichting Behoud Molen Standdaarbuiten) et lancé un appel aux volontaires, afin de les aider à rénover le bâtiment dans le respect des martinets et même pour favoriser le développement de la colonie, avec l'appui de quelques professionnels, et un soutien du fonds provincial pour la conservation des moulins (Provincie Noord-Brabant fonds instandhouding molenrompen) et de la "Leader Gebiedscommissie Wijde Biesbosch en Brabantse Delta".

De 2009 à 2011, profitant de la rénovation, ils ont transformé la tour en centre modèle pour les martinets, suivant les conseils techniques de Marjos Mourmans, spécialiste locale des martinets: au 2è étage, ils ont intégré 18 nichoirs à l'intérieur du bâtiment, reliés à des caméras.

Voici tous ces aménagements ingénieux en images:

 

DSC08539
Anton pose fièrement devant une partie des nichoirs 

 

Des webcams permettent de suivre les nichées sans déranger les martinets:

Les camérasdes nichoirs à martinets de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)


A l'extérieur, ils ont trouvé une solution discrète, peu coûteuse et simple à installer pour aménager le trou d'accès en l'intégrant à la façade:

Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters) Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

Accès aux nichoirs de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

DSC08603

 

Au 1er étage: une salle d'information sur le martinet, où se déroulent aussi des animations culturelles:

 Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters) Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)  Brique d'accès à un nichoir intégré (Standdaarbuiten -© Martine Wauters) Salle d'information sur le martinet à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)


Au rez-de-chaussée, une petite cafeteria, qui peut aussi servir à des activités culturelles.

Cerise sur le gâteau: une girouette de circonstance orne le sommet du toit !

Girouette du moulin de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 

Comme toujours, la communication est importante, et ils l'ont bien compris: sur le mur du bâtiment, des panneaux informent les passants sur l'histoire du moulin... et la protection des martinets:

Panneau d'information au moulin de Standdaarbuiten (© Martine Wauters)

 

Les médias ont bien diffusé l'information sur cette initiative fantastique, même Wikipedia (version néerlandaise) et le site de la municipalité de Moerdijk en parlent!
https://nl.wikipedia.org/wiki/Molen_van_Standdaarbuiten
https://www.moerdijk.nl/web/Standdaarbuiten/Standdaarbuiten.html

 

Adresse:

Molenstraat 10
Standdaarbuiten
Pays-Bas

DSC08605



Contact pour demander une visite
:

koenr094@planet.nl

Mirjam Koenrad à Standdaarbuiten (© Martine Wauters)
Lors de votre visite (sur rendez-vous), Mirjam vous fera une petite présentation sur ce projet remarquable.


Un mot sur les tours à martinets:

Un peu partout en Europe, des "tours à martinets" sont construites à grands frais. Parfois en même temps comme oeuvres d'art, comme celle que j'ai eu l'occasion de visiter à Cambridge:

La tour à martinets de Cambridge  La tour à martinets de Cambridge (© Martine Wauters)


Voir d'autres exemples ici:
http://www.saveourswifts.co.uk/towers.htm
http://www.swift-conservation.org/swift_towers_poles.htm
http://actionforswifts.blogspot.be/search/label/towers


Mais à quel coût et pour combien de temps? Les poteaux qui les soutiennent ne sont-ils pas vulnérables au vandalisme? Ces constructions ne risquent-elles pas d'être retirées tôt ou tard lorsqu'elles "ne plaisent plus"? Or, pour rappel, les martinets sont fidèles à vie à leur cavité et parcourent chaque année des milliers de kilomètres pour la retrouver!

Personnellement, je rêve que des futures "tours à martinets" s'inspirent plutôt du moulin de Standdaarbuiten...

A Bruxelles, en 2015, une tour d'une école communale de Jette avait été rénovée en intégrant 8 nichoirs à martinets, à l'initiative de l'administration communale, qui m'avait consultée pour la mise en oeuvre technique. J'avais présenté ce projet à l'époque sur ce blog :
http://martinew.canalblog.com/archives/2015/08/21/32514275.html


En Italie, dans la région de Modène, des "tours à martinets" avaient auparavant été construites... pour manger une partie des jeunes! Aujourd'hui, cette pratique a heureusement disparu, mais des amis des martinets comme Mauro Ferri se battent pour la préservation de ce patrimoine... et pour que les martinets puissent continuer à y prospérer en tout quiétude. (J'y reviendrai dans un prochain article.)