P1090590_cropped

© Paul Verstraeten

 

En 2017, M. & Mme Verstraeten ont acquis un vieux presbytère dans le village rural de Hulsonniaux. Comme ils souhaitaient aménager les combles, ils ont décidé de faire boucher les nombreux trous existants entre les deux pignons et la toiture. C'étaient surtout les étourneaux et les moineaux (nombreux dans le coin) qui occupaient ces trous... et qui se retrouvaient souvent dans les greniers par accident. L'entreprise qui s'est chargée du rejointoyage en a profité pour boucher aussi les trous dans les façades. Plusieurs de ces trous se trouvaient dans les pignons orientés NW et SE sous les appuis de fenêtre du deuxième étage.

L'ancien propriétaire des lieux n'en ayant pas parlé, M. & Mme Verstraeten ne soupçonnaient pas que plusieurs de ces orifices étaient en fait des entrées de nids de martinets. Mais, dès le lendemain de l'exécution des travaux, ils ont remarqué que des martinets s'accrochaient sur la façade à l'endroit de deux de ces trous. Vérification faite auprès de l'ancien propriétaire, il s'est avéré qu'environ six couples de martinets utilisaient ces différentes cavités.
Se sentant "plein de culpabilité vis-à-vis de ces oiseaux", et souhaitant préserver la petite colonie locale de "cette espèce magnifique", voire même lui offrir d'autres sites de nidification pour remplacer les anciens, Paul Verstraeten a demandé conseil au GT Martinets en janvier 2018, via Bernard Genton, grand spécialiste suisse des martinets. Début février, il me rendait visite pour examiner différents types de nichoirs et discuter des meilleures solutions envisageables. Après une discussion passionnante, il repartait avec la monographie "Martinet noir: entre ciel et pierre", avide d'apprendre à mieux connaître cet oiseau pour lequel il était tombé en admiration, et un gabarit d'orifice d'accès mis au point par Action for Swifts, initialement mis au point lors de la rénovation de murailles de Ségovies, classées au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Diapositive1
Un visiteur passionné! (© M. Wauters)

 

Mais laissons M. Verstraeten raconter avec enthousiasme le magnifique travail qu'il a ensuite réalisé:

"Le premier travail a consisté à réouvrir cet hiver au marteau-pic tous les trous rebouchés au ciment. Fameux travail perché en haut d'une grande échelle à 8/9 m du sol. Heureusement j'avais fait pas mal d'escalade et d'alpinisme dans mon jeune temps!"

IMG_7195 IMG_7197

© Paul Verstraeten

"En passant la main dans les trous sous les appuis de fenêtres nous sommes presque chaque fois tombé sur un nid installé en profondeur dans le mur. Les nids assez plats étaient fait essentiellement de foin et petites brindilles. Dans deux d'entre eux nous avons bien malheureusement trouvés des jeunes morts et desséchés. De quoi nous motiver encore plus à réagir.
 
Ensuite nous avons fabriqué des petits tunnels en bois à maçonner dans les murs pour éviter l'occupation de ces sites de nidification par le étourneaux fort envahissants. La face avant de ces tunnels est en mélèze de Sibérie un bois qui ne nécessite pas de traitement particulier. Le reste est en contre-plaqué 10mm. Le trou est de 28mm x 65mm et le tunnel à une profondeur de 100mm en tout et fait 33mm de hauteur sur 90mm de large. 6 petits tunnels ont ainsi été maçonnés à l'entrée des différents sites repérés."

IMG_7379  IMG_7380

 © Paul Verstraeten

115108847

Gabarit d'Action for Swifts dont s'est inspiré M. Verstraeten (© M. Wauters)

IMG_7385  P1090590

A gauche: un des orifices bouchés puis dégagés au burin; à gauche: aménagement achevé (© Paul Verstraeten)

 

"Un deuxième travail a été de placer des nichoirs sous la sous-pente du toit dans la façade orientée NE. Un nichoir a été acheté sur le Net et transformé pour s'adapter à l'espace entre les chevrons. L'autre a été fabriqué par nos soins en s'inspirant largement du modèle "Zeist Swift Nestbox". Les deux nichoirs ont ensuite été peints avec deux couches de laque à l'eau pour des raisons essentiellement esthétiques."
 

IMG_6548_cropped

P1090595

Orifice avant la rénovation et nichoirs "compensatoires" (© Paul Verstraeten)

"Fin avril tout ce petit travail était terminé, les nichoirs étaient placés et quelques jours plus tard les premiers martinets survolaient la maison. Dans un premier temps, tous les trous sous les appuis de fenêtre ont été repérés par les moineaux. "Ce sont chaque fois des mâles qui sont installés tout proche et piaillent à qui mieux".

P1090591

Sur cette photo, on distingue un moineau dans l'entrée. (© Paul Verstraeten)

 

Et puis, le 30 mai, je recevais ce message enthousiaste : "Bonne nouvelle, il était 20h30 ce soir quand nous avons aperçu un premier couple qui semblait reprendre possession de son site de nidification. Les deux oiseaux sont entrés et sortis par un des trous réaménagés sous un appui de fenêtre".

 

Bravo et merci à Paul Verstraeten pour tout l'enthousiasme et le soin qu'il a mis à réaliser ces aménagements! Puisse son exemple en inspirer d'autres!